Lettre aux enfants artistes

Cette lettre, elle s’adresse à vous, enfants rêveurs, créatifs, libres et prêts à changer le monde. Je sais que ce n’est pas toujours facile à l’école, qu’elle ne nous permet pas de nous épanouir complètement, qu’elle n’est pas adapté à ce que nous sommes mais crois moi ce que tu as en toi est infiniment plus puissant que ce qu’on essaie de te faire devenir: Une grande personne avec un avenir tout tracé.

Il y a quelque chose en toi qui te pousse à le faire, à continuer, à persister, qui te crie de tenter coûte que coûte et que si tu ne le fais pas tu vas le regretter et plus encore.

Ici je vais surtout parler du théâtre puisque c’est la forme d’art que je pratique mais ceci est valable pour n’importe quoi d’autre (danse, musique,écriture, dessin…)

Il y a cette sensation qui se cache au creux de ton ventre un peu comme avant la grande descente du grand 8, avant de monter sur scène tu as envie de rire et de pleurer à la fois, tu respires pour te calmer et tu pries pour que tout se passe bien.

Il m’arrive souvent de me demander pourquoi je fais ça, j’ai beaucoup cogité auparavant, je me demandais si c’était bien raisonnable de poursuivre dans cette voie, que peut être je devrais faire quelque chose de plus utile, je culpabilisais un peu et je m’en voulais d’avoir la vocation pour quelque chose qui a une apparence superficielle aux yeux de notre chère et tendre société. Mais en y réfléchissant bien, tu te rends compte que l’art est indispensable à l’équilibre de la société, qu’il permet de prendre du recul sur beaucoup de sujets et de prendre conscience de certaines choses, sur soi, sur le monde qui nous entoure. J’ai eu la chance d’avoir une maman qui a un rapport très important avec la culture et l’art, quand j’étais petite elle me ramenait beaucoup de livres de la bibliothèque que je dévorais. J’adorais les histoires surtout les contes qui nourrissait mon imaginaire. Elle m’emmenait aussi voir du spectacle vivant qui me faisaient réfléchir et le fait d’en discuter avec elle après me permettait de comprendre pas mal de choses.

L’art sert à faire le lien entre le réel et l’irréel, à faire vivre quelque chose d’abstrait qui soulève toutes les questions existentielles que nous nous posons.

Je pense qu’il ne faut pas aller contre sa nature, ça serait une grave erreur, quand tu sens ce débordement en toi, que tu as besoin d’exprimer quelque chose alors il faut foncer et ça marchera car ton ambition est pure et sincère, simplement par nécessité. Tu ne le fais pas pour la gloire, la renommée ou que sais-je, ce n’est pas ça l’ambition, ça a du sens que si tu lui en donne. Je pense que ma fierté sera la chemin que j’aurais parcouru tout au long, de ma vie et le travail que je vais accomplir, le jour où j’aurais atteint mon idéal artistique qui est de créer une œuvre qui fera prendre conscience aux gens de ce qu’est le monde.

Bien sûr ne t’attends pas à te transformer en artiste juste parce que tu en as la vocation. Pour devenir comédien il faut du travail, de la rigueur, de la patience, de la créativité et un imaginaire bien à soi qu’on est capable d’exploiter et une grande dose de passion qui va te motiver. Il faut pour débuter une petite étincelle de talent, qui ne pourra se transformer en brasier seulement si tu la nourrie grâce aux choses que j’ai cité. Si tu laisses cette étincelle sans rien faire pour qu’elle grandisse alors elle va mourir.

Enfin, je pense qu’il faut y croire de tout son cœur, ne jamais s’avouer vaincu et provoquer sa chance.

Quand j’étais au théâtre du Valet de cœur et que je débutais dans la compagnie, je jouais un tout petit rôle dans une pièce qui m’a conduite à rester seule en coulisse pendant un moment. Alors je m’allongeais sur le sol et je regardais les cartons des costumes posés sur les étagères et j’appréciais ces moments de solitude et de grand calme dans un univers un peu parallèle, qui me coupait du reste du monde, seule avec mes pensées.

Au fond de la scène il y avait une énorme porte en bois qui donnait accès aux coulisses et dans les coulisses à côté de cette porte, une grosse armoire à glace contre laquelle je m’appuyais avant de monter sur scène, je fermais les yeux et je respirais doucement en me téléportant petit à petit dans l’esprit de mon personnage. Puis j’ouvrais les yeux et je me regardais dans la glace, je regardais cette autre personne que j’allais être pendant quelques secondes et je me souriais, pour me rassurer, comme si Antigone, Electre, Céline, Camille, souriait à Léa pour lui dire : « ça va bien se passer, mes mots sont devenus les tiens, tu as juste à les faire vivre ».

Aujourd’hui je t’adresse cette lettre pour que tu n’ai plus peur d’être ce que tu es, même si cela ne correspond pas aux normes de ce pays. Pour que tu saches qu’on est des milliers à se poser les mêmes questions, que tu ne marches pas seul. Ne laisse personne éteindre la petite flamme qu’il y a en toi.

Publicités

2 réflexions sur “Lettre aux enfants artistes

  1. Merci pour cette jolie lettre… elle m’a réchauffé le cœur.

    Je suis heureux de savoir ne pas être seul, mais triste aussi, car je sais que d’autres personnes ressentent les mêmes choses que moi… Toutes ces questions que l’on se pose… Toute cette incertitude… C’est quelque chose dont j’aimerais que personne ne vive.

    Parfois j’aimerais revenir en arrière, et choisir la voie de la facilité… La voie « royale »: Faire des études, avoir des diplômes, me forcer à faire des boulots que je n’aime pas pendant plusieurs années, et un jour me rendre compte que je suis vieux et bientôt inapte… Bref, avoir une vie toute tracée et ne pas avoir à me sentir si perdu.
    Mais je n’appelle pas ça vivre…

    C’est pourquoi j’ai choisi cette voie peu fréquentée, risquée…et pleine d’incertitudes.
    Cette voie nous fait faire beaucoup de sacrifices, et nous fait prendre beaucoup de risques… Mais c’est le prix à payer.

    Si il y a bien une chose que cette voie m’a apprise, c’est qu’il est effrayant de la poursuivre… mais vous savez ce qu’il y a de plus effrayant? Les regrets.

    Les regrets vous rongent de l’intérieur, et finissent par vous détruire.
    Il faut faire en sorte de vivre avec le moins de regrets possible, et arriver à un certain âge, se dire « je ne regrette de ce que j’ai fais »…
    Même si vos rêves ne se seront pas réalisés, vous pourrez être fier de vous être battu jusqu’au bout.

    Croyez-moi… Ces sacrifices et ces risques, toutes ces choses… valent le coup.

    Pour vous c’est le théâtre, pour ma part c’est le cinéma… Deux univers assez proches.
    J’ai beaucoup de respect pour ceux qui font du théâtre, car c’est un milieu difficile.

    Gardez espoir et continuez à vous battre.
    Ne laissez personne détruire votre rêve.

    Je vous souhaite de réaliser vos rêves et d’aller le plus loin possible.

    Merci encore.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s